· 

Un jour, un timbre...

L'esclavage est aboli deux fois en France le 4 février 1794 puis le 27 avril 1848, car il avait été rétabli par Napoléon le 20 mai 1802, jour anniversaire de la naissance de Toussaint Louverture.
Aux États-Unis le Congrès vote l'abolition de l'esclavage le 30 janvier 1865 De grands ports de l´Atlantique ont vu se développer des activités nombreuses autour de l´exploitation de l´esclavage, ils ont servi de base de départ pour l´Amérique des navires destinés à transporter les esclaves entre l'Afrique et les Antilles dans des conditions particulièrement inhumaines, toutefois les esclaves n'ont jamais transité par ces ports. Ce commerce est connu sous le nom de "commerce triangulaire" à l'image du trajet des bateaux entre l'Afrique, la France et les Antilles. Une fraction importante de la bourgeoisie de ces ports s´est considérablement enrichie par ce commerce. Les traces qui restent de ce passé se retrouvent essentiellement dans la beauté architecturale de nombreuses habitations et bâtiments qui témoignent encore de la richesse de leurs anciens propriétaires.
Ce passé a longtemps été minimisé par l´Histoire de France enseignée dans nos écoles.
En France, Bordeaux, La Rochelle et Nantes se partagent le triste privilège d´avoir été les ports de ces commerces d'êtres humains.
Actuellement il y a tout un mouvement sur la mémoire , il est sain de rappeler ce qu'ont été ces terribles déportations en Afrique, mais, personnellement, je n'aime pas du tout les diverses tentatives de culpabilisation de la France contemporaine (et des Français). A partir de quelle date dans l'histoire doit-on assumer la responsabilité de nos anciens compatriotes qui ont peu ou prou organisé ou bénéficié de l'esclavage ?
La mémoire ne doit pas être sélective, ni définie par les lois. L'esclavage est quasiment aussi ancien que l'humanité, la fameuse démocratie athénienne fit longtemps bon ménage avec l'esclavage, en Afrique l'esclavage a existé aussi du fait de certains africains, pour leur propre usage ou dans un but commercial. Si Gorée (Sénégal) a été un des ports de départ des esclaves noirs vers les amériques Zanzibar (Tanzanie) a joué le même rôle vers l'Asie Mineure (Sultanats arabes) et les îles du Pacifique (La Réunion, Île Maurice).
Mais il ne faudrait pas que le débat sur la mémoire de l'esclavage occulte le présent, à ce sujet le présent est aussi important que la mémoire :
l'esclavage n'a toujours pas été aboli dans le monde, il existe, hélas, encore sous diverses formes, quasiment sur tous les continents, que ce soit sous forme de vente ou vol d'enfants, ou par l'exploitation de personnels de domesticité enfermés et privés de leurs papiers ou encore de femmes devenues esclaves sexuels dans des pays en guerre. Certaines entreprises qui exploitent au noir des travailleurs, sans-papiers ou non, ne sont pas loin de pratiquer une forme contemporaine d'esclavage.

Écrire commentaire

Commentaires: 0